LIÈGE PROJETÉ

Le liège vous intéresse, Aegir Cork Group sas vous propose grace a ces multiples qualités, d’autre produits à base de liège connecter vous sur ->http://www.seacork.com]

Le protecteur de l’arbre

Le liège après la récolte © Herwech fotoliaLe liège est l’écorce, légère et poreuse, du chêne-liège (Quercus Suber) dont elle revêt le bois. Grossissant progressivement au fur et à mesure que l’arbre grandit, elle peut atteindre jusqu’à 25 cm d’épaisseur et le protège contre les conditions extrêmes du climat méditerranéen : sècheresse, fortes températures estivales, froid et incendies.
Sa mission est de protéger l’arbre et de l’isoler. Cette deuxième fonction, l’isolement, lui permet de résister à des chaleurs 30 fois supérieures à celles que supporte le béton.
Il est constitué de cellules mortes emplies d’un gaz comparable à l’air qui occupe près de 90% du matériau, d’où son poids extrêmement léger, son élasticité et sa compressibilité. L’enveloppe de ces cellules, qui sont comme de minuscules compartiments étanches, est essentiellement constituée de subérine et de cérine, des substances qui le rendent pratiquement ignifuge, très flexible et pratiquement imputrescible.
Stockage du liège Le liège est donc un matériau extraordinaire, aux propriétés chimiques uniques.
C’est un produit totalement naturel, noble, renouvelable et biodégradable. Sa production ne génère, de ce fait, aucune pollution et ne cause aucun dommage à l’écosystème dont il est extrait puisqu’il est obtenu par écorçage du chêne-liège, sans abattement d’arbres, et lors d’une récolte qui ne se renouvelle que tous les 9 /12 ans.
L’extraction du liège est un processus en tous points respectueux de l’environnement et à très faible impact. Le liège est retiré pour la première fois lorsque l’arbre atteint un périmètre de 70 cm et une hauteur de 1,30 m (âge de l’arbre : 25 – 30 ans)
Les chênes-lièges peuvent vivre 170 - 200 ans et, par conséquent, produire du liège entre 15 et 20 fois.

Des usages multiples

Une texture unique ©fotolia StrikkerPeu nombreux sont les matériaux qui manifestent tant de caractéristiques utiles en même temps. Pour n’en citer que quelques unes, nous soulignerons que le liège est imperméable, inodore, résistant aux agents chimiques et inattaquable par les liquides ; pratiquement imputrescible et extrêmement résistant aux assauts des insectes, compressible et élastique, il jouit d’une capacité de récupération dimensionnelle extraordinaire, d’une faible conductivité thermique, d’une aptitude excellente à l’isolation acoustique et contre les vibrations, il est extrêmement léger et fait preuve d’une résistance mécanique élevée.
Vu les caractéristiques extraordinaires réunies en ce seul matériau, il n’est pas surprenant de constater que le liège a toujours trouvé de multiples applications. Certains de ces usages remontent loin dans le temps et des matériaux synthétiques sont venus le remplacer parfois partiellement. Et pourtant, dans la plupart de ses utilisations, il ne connaît pas de rival.
Entre autres applications, le liège est utilisé dans la construction navale où il est employé comme isolant thermique et antivibratoire ou encore comme revêtement anti-glisse pour les sols ; on le retrouve dans les ceintures, les équipements de sauvetage, les bouées, etc. Dans le domaine des machines à outils il est présent dans les bancs mobiles à réduction de vibrations, dans les joints de moteurs, les transformateurs, etc. L’industrie du verre et de la céramique y a également recours sous la forme de granulat, de poudre, de disques à polir ou de briques réfractaires.
Pour ne pas prolonger cette énumération des différents usages, il suffit de rappeler que le liège est utilisé, entre autres, dans le domaine de la construction, de l’industrie du froid, des accessoires automobile et aéronautiques, des industries chimique, pharmaceutique et de la chaussure, dans l’imprimerie, et pour la fabrication d’articles de sport.
Par ailleurs, le liège génère d’importants bénéfices environnementaux et sociaux qui doivent être pris en considération. L’industrie du liège promeut en effet une activité économique durable, non polluante, qui met sur le marché un produit écologique, naturel, renouvelable et recyclable ; l’économie et les modes de vie qui se constituent autour du liège sont l’une des raisons les plus importantes de conserver et de protéger les suberaies.
Chêne LiègeCes forêts de chênes liège n’existent que dans sept pays de la Méditerranée occidentale et entretiennent une diversité biologique extraordinaire.

Contributeur de l’ecosystème

©Antonio Montuno (Photo © Antonio Montuno)
Comme d’autres forêts, ces suberaies (forêt de chêne liège) contribuent à la conservation des sols, rechargent les aquifères, contrôlent l’écoulement, et fixent le dioxyde de carbone, principal responsable du réchauffement global de la planète. Dans cette dernière fonction, le liège s’avère être particulièrement actif car, s’agissant d’un matériau dont la durée de vie est très longue, il est à même de « séquestrer » du CO2 pendant de longues périodes. Le Chêne-liège exploité pour l’extraction de son écorce produit près de 5 fois plus de liège qu’un exemplaire intact, son utilisation commerciale permet donc d’augmenter la fixation de CO2. Les forêts de liège (grâce à d’autres caractéristiques singulières du liège) fonctionnent –et c’est un phénomène assez unique- comme un frein à la désertification ou des amortisseurs contre les incendies forestiers.
L’utilisation la plus classique et la plus importante du point de vue économique est la fabrication de bouchons en liège qui représente 85% du chiffre d’affaire du secteur mondial du liège.
Repartition géographique du liègePour la fabrication des bouchons à vin, l’écorce est bouillie dans de l’eau puis mise à sécher. Les planches sont coupées en bandes d’une longueur suffisante puis perforées à l’aide de lames à cylindres spéciaux. La légère humidité qui reste dans le liège après élimination de la croûte et de la mie rend impossible la prolifération de micro-organismes et confère au produit une durabilité illimitée.

Dans le liège, tout est bon

Etapes de la fabrication d'un bouchonAfin de profiter des nombreuses chutes de liège naturel générées par la fabrication des bouchons (résidus du parallélépipède ou bandes perforées), celles-ci sont triturées et produisent du granulat de liège de différents diamètres (entre 0 et 0,5 mm / 0,5 – 1 / 1 – 2 / 2 – 3 /, supérieur a 3 mm).
Différents types d’agglomérés sont produits à base de granulat de liège :
Agglomérés noirs : également appelés « agglomérés écologiques ». Le granulat (plus de 3 mm) est versé dans des moules et soumis à basse pression et à des températures de 320ºC, le liège lâche alors une résine naturelle qui soude les granulats entre eux ; la couleur noire est produite par l’effet « gril » à forte température. Les planches ainsi obtenues sont utilisées comme isolant acoustique et thermique.
Agglomérés blancs ou composés : Le granulé est mélangé à des liants adhésifs artificiels. Après homogénéisation, le produit est versé dans des moules, de sorte à former des blocs qui seront séchés à basse pression et à la chaleur. Ceux-ci sont ensuite poncés, vernis et cirés avant d’être utilisés comme dalles de revêtement de murs et de sols.
Agglomérés pour bouchons : le granulé est mélangé à des liants et à des lubrifiants, il est ensuite versé dans des cylindres où il sèche et se soude avant de ressortir, à l’autre extrémité, sous la forme de baguettes. Celles-ci sont mises à sécher pendant 15 jours puis débitées à la taille voulue et poncée aux dimensions des bouchons.
Agglomérés pour Aegir Cork Group sas : Le granulé de liège est versé dans des machines à cuves tournantes dans lesquelles il est mélangé à des graisses naturelles, des vinyles, des résines acryliques et à d’autres composants naturels aptes à maintenir et à potentialiser les propriétés et les caractéristiques du liège. La pâte de liège ainsi obtenue a dores et déjà les propriétés de durabilité, malléabilité et applicabilité industrielle requises, et peut donc être projetée sur n’importe quel type de support : enduits, céramique, tuile, ciment, fer, bois, béton, plastique, méthacrylate, ciment-amiante, carton-plâtre, verre en général, etc.
Elle peut être fabriquée dans sa teinte naturelle mais peut aussi être pigmentée dans tous les coloris.
Une fois projeté sur le support choisi et sec, SuberSpray peut être, à son tour enduit, peint, carrelé, dallé, etc.
Le liège est un matériau naturel doté de qualités fantastiques, découvrez le !